Contexte & Objectifs
Accompagner la naissance d'une économie plus vertueuse

UN CONSTAT 

UN CONSTAT 

L’année 2008 a montré la fragilité de notre système. La crise actuelle est loin d’être résolue car, plus qu'une crise classique, il semble que nous abordions une véritable mutation économique, financière, sociale, sanitaire et écologique.

Le secteur agro-alimentaire contribue au dysfonctionnement de notre économie par l’utilisation irrationnelle de ressources naturelles limitées et une contribution non négligeable à la pollution générale et donc au changement climatique.

Cependant de nombreux entrepreneurs réinventent ce secteur en relation avec leur communauté locale. Il leur faut répondre à une demande (de nourriture biologique et locale) encore très supérieure à l’offre, tout en devenant de véritables acteurs d’un nouveau paradigme, celui de l'économie circulaire ou positive.

UN NOUVEAU CONTEXTE FAVORABLE POUR L’AGRICULTURE ET L’INVESTISSEMENT

En effet, une autre agriculture est possible, respectueuse de l’environnement et des hommes, prenant soin de leur santé et créatrice d’emplois locaux tout au long de la chaîne alimentaire (production, transformation et distribution).

Il est de plus en plus clair, pour un nombre croissant d’investisseurs, que les marchés financiers se sont trop déconnectés des besoins de l’économie réelle car leurs paramètres classiques de gestion risque-rentabilité-liquidité privilégient une approche spéculative de court terme. Par ailleurs, soucieux de l’impact - social et environnemental - des investisseurs (Sustainable Investment, Impact Investing, Venture Philanthropy) ont heureusement résisté à cette tendance. Leur expérience, parfois ancienne, permet d’orienter ce développement nouveau et en constante augmentation, tant en Europe qu’aux Etats Unis et en Asie.

Ce nouveau contexte nous invite à redonner du sens au financement, à reprendre le contrôle de l’investissement et d’établir une relation de partenariat véritable entre entrepreneur et investisseur.

LE POSITIONNEMENT DE SLOW MONEY ET LE MODELE ÉCONOMIQUE PROPOSÉ

Slow Money propose de promouvoir les Systèmes Locaux de Nourriture, en soutenant les acteurs économiques d’un territoire capables de produire et vendre localement de la nourriture saine et écologique.

Prêter directement à ces entrepreneurs ou les aider à se développer dans leur activité constitue un investissement
pour le long terme. Cela génère un réel impact environnemental et sociétal. Il nous faut « ralentir l’argent, investir pour que la nourriture, les exploitations agricoles et la fertilité soient de nouveau prises en compte ». On parle alors d’une économie régénératrice et circulaire, en lieu et place d’une économie qui gaspille et épuise nos ressources.

D’un
point de vue économique cela prend la forme, à moyen terme (2 à 5 ans), de Micro-Finance et de Capital Développement fondés sur une thématique forte, la Nourriture locale.

A plus long terme, cet investissement bénéficie de l’
Autonomie et de la Résilience des entreprises accompagnées, car celles-ci répondent à un besoin quotidien -toujours croissant- de nourriture Bio et locale. En outre, il n’y a pas ou peu d’exposition aux risques d’externalités futures redoutables que subiront nombre de grandes entreprises mondiales (coût de l’énergie, des transports, de l’eau, des pollutions, etc.), risques qui devront à l’avenir être pris en compte dans la valorisation des entreprises (ref. le rapport Stern).